Accueil > Actualité Dialna > Journée d’étude sur les accidents de la route à Aïn Témouchent

Journée d’étude sur les accidents de la route à Aïn Témouchent

Journée d’étude sur les accidents de la route à Aïn Témouchent

Journée d’étude sur les accidents de la route à Aïn Témouchent : 100 milliards de DA/an pour couvrir les dégâts

Les conférenciers qui se sont succédé ont évoqué l’impact aussi bien sur le plan économique mais aussi social du phénomène du terrorisme routier.

L’impact des accidents de la route sur l’économie nationale a été au cœur d’une journée d’étude organisée hier au centre universitaire Belhadj-Bouchaïb de Aïn Témouchent par la commission de wilaya de la sécurité routière et de lutte contre les accidents de la route, en présence d’Ahmed Naït Hocine, président du Centre national de la sécurité routière et de plusieurs spécialistes dans le domaine. Ce qui a permis aux intervenants de faire une analyse exhaustive du phénomène qui continue à faire des victimes sur nos routes, endeuillant chaque jour des familles.

À ce titre, M. Naït Hocine a révélé que le coût économique engendré par les accidents de la circulation en Algérie avoisine chaque année les 100 milliards de dinars, selon une étude menée par son institution, en coordination avec le laboratoire du transport de l’université de Batna, spécialisé dans la sécurité routière sous l’égide du Pr Boubakour.

“Ce chiffre correspond exactement aux orientations internationales dans ce domaine, sachant que dans le rapport de l’ONU sur la sécurité routière et le plan d’action 2011/2020 les dégâts matériels des accidents de la circulation constituent 1 à 3% du produit national brut (PNB) de chaque pays”, a-t-il souligné.

De leur côté, les conférenciers qui se sont succédé au pupitre ont évoqué l’impact aussi bien sur le plan économique mais aussi social du phénomène du terrorisme routier et qui se répercute négativement sur la vie de l’individu et de la société, et ce, sur tous les plans, psychologique et de santé entre autres.

“Ces accidents de la route selon l’OMS sont considérés comme une maladie du siècle en raison de leur impact négatif sur le budget des familles, notamment celles qui perdent l’un des leurs, ou le fait qu’un membre soit victime d’un lourd handicap”, était le sujet d’une intervenante. Une autre communication aussi importante a été suivie avec une grande attention et intitulée “La culture des jeunes et des accidents de la route en Algérie”.

Une étude menée sur le terrain sur les étudiants qui possèdent un permis a révélé que les jeunes sont les plus exposés aux accidents de la route en raison de leur imprudence. Rappelons que lors de son allocution d’ouverture, Mme la wali a axé son intervention sur les efforts consentis par l’État dans le cadre de la modernisation des réseaux routiers et leur maintenance en plus de l’application sévère des textes réglementaires du nouveau code de la route avec des mesures répressives.

“Le phénomène nous pousse à intensifier les campagnes de sensibilisation à tous les niveaux, avec comme principale cible les usagers de la route, et ce, à quelques jours seulement de l’ouverture de la saison estivale qui connaît un pic des accidents de la route”, a-t-elle conclu.

Source : Liberté

Crédit photos : D.R.

A propos de : Rédaction

Nous vous informons des actualités locales, du prix du neuf et des promotions. Nous publions aussi les fiches techniques et les vidéos sur le sujet du Scooter, de la Moto et du Quad en Algérie ! Si, vous avez des informations sur ces thèmes ? N'hésitez pas à nous joindre par mail !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *