Algérie : marché du 2 roues, bilan des importations 2016

Algérie : marché du 2 roues, bilan des importations 2016

Depuis le 20 Janvier dernier, le Centre National de l’Informatique et des Statistiques qui dépend des douanes a rendu public les chiffres concernant les importations de deux roues pour l’année 2016.

C’est 52.454 véhicules 2 roues qui ont été importé sur toute cette période pour une valeur de 3,45 milliards de dinars soit près de 31,5 millions de dollars.

Le montant des importations est toujours en baisse pour la 3ème année consécutive depuis 2013.

Ce n’est pas une surprise en soit mais cette tendance à la baisse n’est pas un indicateur qui rassure même si les autorités continuent la mise en place du processus de régulation de ce secteur qui rappelons-le fait partie intégrante de celui de l’automobile.

En quelques années, c’est presque -50% sur les importations de motocycles puisqu’en 2014, nous étions encore à 98.306 unités par an.

Alors pour cette année passée, la baisse est de -19% sur les unités importées. On pourrait presque dire que la chute vertigineuse ralentie car nous avions noté une baisse enregistrée de – 36,5 % en 2015 par rapport à l’année 2014. Qui plus est, cette année 2014 avait elle-même connue une régression de -15% par rapport à 2013.

Bref, un marché qui continue à chercher ses marques avec un nouveau cahier des charges qui laisse encore beaucoup de professionnels dans l’expectative. En effet, nombreux sont les concessionnaires qui ont déposé des dossiers industriels et qui restent en attente de leur agrément dit “CKD”.

D’un autre côté, certes, il y a ces unités de montage qui sont avec 2 ou 3 acteurs présentes sur notre marché mais on ressent encore de l’hésitation de la part du consommateur avec des marques algériennes qui proposent des modèles de scooters ou de motos de conception chinoise sans être forcement adossées à de grandes marques internationales.

Qu’en est-il de la segmentation des cylindrées ?

En 2016, le marché algérien du deux roues est toujours dominé à 85% par le segment 50 à 249 cm3. Nous savons que dans cette catégorie, on retrouve essentiellement des deux roues animés par des moteurs 110 cm3, 125 cm3 et enfin le “150 cm3” qui commence à se généraliser et sera bientôt notre standard national.

Les 15 % restants englobent toutes les autres catégories de véhicules deux roues.

Ci-dessous un tableau qui illustre les quantités importées par famille de cylindrées :

SYNTHÈSE ANNUELLE – IMPORTATION 2 ROUES EN ALGÉRIE
Cylindrée Année 2016 Année 2015 Variation
< à 50 cm3  1861 2215 – –
de 50 à 249 cm3 45607 46427 – –
de 250 à 499 cm3  17 602 – – – –
de 500 à 799 cm3  192 355 – – –
+ de 800 cm3  83 92
Autres  4694 12713 – – –
Total  52454 62404 – 19 %

On remarquera que l’offre en 50 cm3 est légèrement en baisse sans pour autant dégringoler entre les deux années. Ce marché depuis 4 à 5 années pèse en moyenne annuelle 2.000 unités, pas plus.

Celle incluse dans la catégorie 50-249 cm3 baisse d’un millier d’unité ce qui n’est pas dramatique et confirme bien qu’il s’agit toujours là du cœur de notre marché.

On note une sacrée dégringolade par contre dans la moyenne cylindrée avec un chiffre de 602 unités qui passe à 17 unités pour le segment « 250-499 cm3 », idem pour le segment « 500-799 cm3 » qui chute de 355 ex. à 192 exemplaires et enfin mais moins marquant, de 92 unités à 83 unités pour le segment « + 800 cm3 ».

Quels pays sont nos fournisseurs ?

C’est toujours le même topo qu’en 2014 où la République de Chine Populaire représentait à elle seule 96% du volume des importations. Pour 2015, c’était toujours la Chine avec 95,5%. Enfin, en 2016, c’est encore la Chine avec 97% du nombre de véhicules importés. Reste 3 % des importations qui se répartissent entre quelques pays occidentaux dont l’Allemagne, le Canada, la France, l’Indonésie, l’Italie, le Japon, Taïwan et les USA.

Qu’en est-il de la production nationale ?

L’année 2016 a marqué le début de l’assemblage de scooters majoritairement chez nous car il s’agit du marché le plus porteur. Celui de la moto va certainement prendre son envol d’une façon plus timide avec des petites et moyennes cylindrées (125 à 500 cm3) qui seront produites localement.

Ce secteur est aujourd’hui occupé par deux entreprises présentes historiquement mais 2017 devrait voir plus d’acteurs qui entameront leur envol ce qui est bon pour l’élargissement de l’offre et le portefeuille du consommateur.

Perspectives pour l’année 2017 ?

Pas de pronostique spécial pour cette année qui vient juste de démarrer et qui récupère toutes les problématiques du secteur du 2 roues connues et vécues en 2016.

Soyons optimistes et ne voyons pas le verre à moitié vide mais plutôt à moitié plein et même si nous n’avons pas de prise sur l’avenir nous pouvons tout de même constater aisément que le secteur a été assaini de certaines pratiques comme la vente de deux roues sans carte d’immatriculation, sans facture de vente ou encore avec des déclarations erronées sur la cylindrée.

Certes, les prix ont augmenté au détriment du consommateur mais ce dernier a aussi compris l’importance d’être en conformité avec la réglementation et notamment celle du permis de conduire.

Côté solution de financement et assurance, même si ce n’est encore la panacée, on remarque une meilleure prise en compte du secteur des deux roues par les intervenants et organismes opérant dans la Banque / Assurance.

Pour finir, les acteurs du secteur qui pratiquent déjà l’assemblage local contribuent fortement à professionnaliser cette activité au travers de la création d’une vraie filière du deux roues en Algérie avec toutes ces composantes et ces différents métiers.

Comme 2017 risque de connaître encore plus d’opérateurs dans ce segment, cela devrait forcement être mieux, à suivre …

Liens utiles

  • Chiffre des importations de 2015 : ici
  • Chiffre des importations de 2014 : ici

Crédit photo : Fotolia

A propos de Mehdi S.

Rédacteur spécialisé 2 roues, je vous propose régulièrement des publications sur l'actualité du Scooter, de la Moto et du Quad en Algérie ! Mon objectif : vous apporter l'information la plus pertinente sur ces sujets. Merci de suivre nos sites !

A lire aussi :

Casques Jet rentrée 2020 : nos conseils pour faire le bon choix !

Casque Jet : nos conseils pour faire le bon choix !

Rentrée 2020 : Tous nos conseils “Casque Jet” pour choisir un équipement sécurisant, confortable et …

4 Commentaires de nos lecteurs

  1. Le blocage du Ministère de l’Industrie et des Mines a propos des usines de montage en CKD est proprement scandaleux et remet en question tous les discours de relance économique officiels. Il existe à l’heure actuelle des usines terminées et prêtes à produire des motos mais qui ne peuvent démarrer la car le fameux cesame ne leur a pas ete délivré. La rétention du Ministère est suspecte. Quels sont les vrais motifs? Clientelisme, Corruption, Incompétence ou les 3 à la fois. A quand la transparence?

    • Salam Jeb Mavie,
      Merci pour votre commentaire ! malheureusement, nous ne fréquentons pas les couloirs des ministères pour avoir de telles infos mais nous avons en effet certains feedbacks de la part de quelques professionnels … Si vous avez des informations sur des usines déjà prêtes, vous pouvez nous en faire part par message privé ou mail. Nous saurons garder l’information si le temps de la divulguer n’est pas encore arrivé !

      @ Bientôt sur notre site et suivez notre chaîne Youtube 😉

      YouTube | ChaîNE MAG48 :
      https://www.youtube.com/channel/UC_9h94x8AgthWH42IwFB73g

    • Il me semble que SYM, OMG et TVS sont ou ont été dans cette situation, certains plusieurs mois. plus tout ceux qui ne sont pas connus. Pourquoi ne ne pas montrer plus de transparence pour ce qui est des dossiers en instance.

      D’après votre article fort intéressant, le montant des importations de 2-roues se monte a une trentaine de millions de dollars. peanuts compare aux importations de voitures. En libéralisant le montage en CKD on pourrait multiplier par 10 le nombre de motos produites en Algérie, embaucher 1000 a 1200 jeunes pour moins qu’une usine de montage de voiture.

      Jeb

    • Salam Jeb Mavie,
      En effet, aujourd’hui, c’est plus de 15 à 20 dossiers qui sont sur le bureau du Ministère de l’Industrie et rare sont ceux qui ont obtenu le sésame.
      Peut être tout simplement parce que le motocycle ne pèse pas … Quoi qu’il en soit, cela va obligatoirement évoluer.
      @ Bientôt sur notre site 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *